Cycle japanimation au musée Guimet du 02 au 27 février

Le musée Guimet, dédié aux arts asiatiques, à Paris, entame un cycle de neuf longs métrages d’animation japonais dès aujourd’hui et ce jusqu’au 27 février prochain. Une programmation composée à la fois de classiques du genre mais aussi de films plus récents. Une large place est donnée aux réalisateurs renommés avec la projection d’Horus, prince du soleil (Taiyô no ôji Horusu no daibôken, 1968) et Le tombeau des lucioles (Hotaru no haka, 1988) réalisés par Isao Takahata mais aussi Le château de Cagliostro (Rupan sansei: Kariostoro no shirô, 1979) mis en scène par Hayao Miyazaki. Dans un registre plus adulte Millenium actress (Sennen joyû, 2001) de Satoshi Kon sera également projeté. Le réalisateur, décédé il y a peu, bénéficie d’une solide réputation en France. Trois films de Mamoru Hosoda complètent cette petite rétrospective, La traversée du temps (Toki o kakeru shôjo, 2006), Summer wars (Samâ uôzu, 2009) et Les enfants loups, Ame & Yuki (Okami kodomo no Ame to Yuki, 2012). Mamoru Hosoda fait partie de cette nouvelle génération de réalisateurs d’animation remarqués pour ses récits alliant rigueur du dessin et intelligence du propos. Enfin deux films sortis ces derniers mois sur les écrans français, Lettre à Momo (Momo e no tegami, 2011) de Hiroyuki Okiura et L’île de Giovanni (Jobanni no shima, 2014) de Mizuho Nishikubo.  Une programmation solide tourné vers le grand public qui permet de découvrir ou redécouvrir un panel assez large de l’animation japonaise.

Pour connaître les dates de projection, voici le lien vers le site du Musée Guimet ici.

Horus, prince du soleil (1968, Isao Takahata) affiche japonaise

Une réflexion au sujet de « Cycle japanimation au musée Guimet du 02 au 27 février »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *