Festival du film international de Cannes du 11 au 22 mai 2016

Du 11 au 22 mai prochain se déroulera la soixante-neuvième édition du Festival international du film de Cannes. Comme chaque année, les projecteurs seront braqués sur cet événement mondial de la cinématographie. Cette fois-ci cependant, point de sélection de films japonais en compétition, ni même hors compétition. Une déception certaine alors que l’édition précédente nous avait gâté de ce point de vue là (cf. la sélection d’alors ici). Déception donc malgré la présence de trois films dans la section Un certain regard. Le premier film, Après la tempête (Umi yori mo mada fukaku), est signé par un cinéaste coutumier du festival, Hirokazu Kore-eda. Le second, Harmonium (Fuchi ni tatsu), l’est par un nouveau venu, Kôji Fukada, qui fait néanmoins de plus en plus parler de lui. Le cinéaste s’était notamment fait remarqué au festival Paris cinéma en juillet 2014 avec son long-métrage Au revoir l’été (Hotori no sakuko), un film qui a ensuite connu une distribution dans les salles françaises en décembre de la même année.

Festival de Cannes 2016 afficheLa troisième sélection est le film La tortue rouge, une co-production franco-japonaise menée par le cinéaste Michael Dudok De Wit, aidé en cela par le studio Ghibli, co-producteur du film. Un film longtemps attendu notamment après les déclarations du studio au sujet de la cessation de leur activité dans le long-métrage d’animation. Une belle surprise pour un film qui connaîtra une distribution française le 29 juin prochain en France et le 17 septembre 2016 au Japon. Michael Dudok De Wit est un cinéaste néerlandais réputé dans le monde de l’animation, il a notamment réalisé des courts-métrages fameux tels que Le moine et le poisson (1994) ou encore Père et fille (Father and daughter, 2000). La tortue rouge est son premier long-métrage malgré une carrière entamée à la fin des années soixante-dix!

La tortue rouge (2016, Michael Dudok De Wit) affiche françaiseLa tortue rouge (2016, Michael Dudok De Wit) affiche française

Dans la section Cannes classics seront également projetés les copies neuves de trois longs-métrages. Retour à Howards End (Howards End, 1992) de James Ivory tout d’abord, un film incontournable de la culture britannique mais néanmoins co-produit avec les Etats-Unis et le Japon. Il fut notamment financé par des consortiums tels que Sumimoto Corporation, Japan Satellite Broadcasting ou encore Ide Productions. Les contes de la lune vague après la pluie (Ugetsu monogatari) ensuite, mis en scène par Kenji Mizoguchi en 1953. Ce film reste encore aujourd’hui l’un des chefs d’œuvres du cinéma japonais et connaît donc un bain de jouvence qui, espérons-le, profitera aux autres films du cinéaste dont il serait impératif aujourd’hui de redécouvrir l’ensemble de la carrière.

After the storm (2016, Hirokazu Kore-Eda) affiche japonaiseAfter the storm (2016, Hirokazu Kore-Eda) affiche japonaise

Momotaro, le divin soldat de la mer (Momotarô, umi no shinpei) enfin, film totalement inédit en France, réalisé en 1945 par Mitsuyo Seo. Ce film est la petite pépite japonaise de ce cru 2016, longtemps jugé perdu ou détruit par les forces d’occupations américaines au Japon. Momotarô, le divin soldat de la mer est un film d’animation de propagande distribué quelques mois avant la défaite de l’armée impériale nippone. Comble de l’ironie, ce long-métrage doit beaucoup à l’animation américaine, et surtout aux studios Disney, par son utilisation des techniques d’animation inventées par le géant américain une décennie plus tôt. Autre petite satisfaction, la réalisatrice Naomi Kawase, fêtée en son temps à Cannes par la récompense de la Caméra d’or pour son premier film Suzaku (Moe no Suzaku) en 1997, sera à la tête du jury Cinéfondation et Courts-métrages. Cannes 2016 promet donc une édition plus sage que la précédente en terme de cinématographie japonaise mais réserve son lot de films à découvrir au plus vite dans les salles obscures.

Harmonium (2016, Kôji Fukada) affiche internationaleHarmonium (2016, Kôji Fukada) affiche internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *