Hommage au compositeur Akira Ifukube (1914-2006) à la Maison de la culture du Japon à Paris

Ce soir la Maison de la Culture du Japon à Paris commémore le dixième anniversaire de la disparition du compositeur Akira Ifukube, l’un des compositeurs japonais les plus reconnus du XXè siècle avec Fumio Hayakasa et Tôru Takemitsu. Si l’artiste est surtout apprécié pour son travail cinématographique, il est l’auteur de plus de deux cents cinquante partitions pour films, Akira Ifukube fut néanmoins un compositeur de musique classique de renommée mondiale. Né à Hokkaido le 31 mai 1914, il étudie, enfant, le violon et le shamisen et fréquente régulièrement la communauté Aïnous par les relations de son père. C’est ainsi qu’il se familiarise avec les traditions folkloriques musicales de cette communauté alors dépréciée et persécutée par les autorités japonaises. C’est en revanche en écoutant la radio que le jeune Akira se familiarisera avec la musique occidentale, notamment des compositions d’Igor Stravinsky et Manuel de Falla.

Akira Ifukube (1914-2006) phoo 1En 1935, il reçoit le Prix Tcherepnin lors d’un concours international organisé à Paris, prix qui récompense sa première composition orchestrale, Rhapsodie japonaise. La fin des années trente verront ses compositions souvent jouées en Europe bien que dans la vie civile Akira Ifukube exerça le métier de forestier. L’Armée impériale fera d’ailleurs appel à ses compétences et ses connaissances autour du bois lors de la guerre du Pacifique avant qu’une trop forte exposition aux radiations ne vienne mettre un terme à sa carrière forestière. A la fin de la guerre, Akira Ifukube devint compositeur professionnel et se lança en parallèle dans une carrière d’enseignant universitaire. En 1947 il compose sa première bande originale pour un film, La montagne d’argent (Ginrei no hate) réalisé par Senkichi Taniguchi dont le scénario est écrit par Akira Kurosawa. Ce dernier fera appel à ses services pour composer la musique de son film, Le duel silencieux (Shinzukanaru kettô) en 1949.

Akira Ifukube (1914-2006) phoo 2Mais c’est la bande originale d’un film de science-fiction qui fera d’Akira Ifukube une figure majeure du cinéma japonais, celle de la série de film Godzilla (Gojira) réalisé par Ishirô Honda en 1954. Ce succès, que le compositeur rencontrera dans des dizaines de productions de science-fiction, ne doit pas occulter ses nombreuses compositions dramatiques pour des films signés aussi bien Kaneto Shindô (Les enfants d’Hiroshima, Genkabu no ko, 1952), Sô Yamamura (Le bateau-usine, Kanikôsen, 1953), Josef Von Stenberg (Fièvre sur Anatahan, Anatahan, 1953), Kon Ichikawa (La harpe de Birmanie, Biruma no tategoto, 1956), Kôzaburô Yoshimura (Une histoire d’Osaka, Osaka monogatari, 1957 et Les femmes de Ginza, Ginza no onna, 1955), Kenji Misumi (Bouddha, Shaka, 1961), Tomotaka Tasaka (Le charpentier et l’enfant, Chiisakobe, 1962) ou encore Daisuke Itô (Osho, 1962). Dans les années soixante justement, Akira Ifukube composera de nombreuses partitions pour deux séries majeures du cinéma populaire, celle de Zatoichi puis celle de Nemuri Kyôshirô avant de mettre un terme à sa carrière cinématographique en 1978 avec Lady Ogin (Ogin-sama) réalisé par Kei Kumai.

Akira Ifukube (1914-2006) phoo 4Akira Ifukube se recentre alors sur ses compositions classiques et l’enseignement, rédigeant notamment un volumineux ouvrage sur la théorie de l’orchestration. C’est cet aspect du compositeur classique que fut Akira Ifufukube que la MCJP souhaite mettre à l’honneur en programmant ce soir un concert de trois œuvres de l’artiste: Suite pour piano (1933), Rhapsodie japonaise pour piano (1935-2004) et Sonate pour violon et piano (1985). Le concert sera précédé d’un dialogue entre Rei Ifukube, la fille du compositeur, et Jun Kanno, pianiste concertiste vivant à Paris.

Akira Ifukube et le Sapporo Philamonic String Quartet en 1933Akira Ifukube (premier à gauche) et le Sapporo Philarmonic String Quartet en 1933.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *