Japan Expo du 02 au 05 juillet 2015

La 16ème édition Japan Expo, le plus grand rassemblement autour de la culture japonaise en Europe, ouvre ses portes aujourd’hui au Parc des Exposition de Paris-Nord Villepinte. Ce salon aux dimensions gigantesques, à l’origine créée par un trio de fans de mangas et d’animation japonaise, accueille aujourd’hui tout un éventail d’évènements et de rencontres liés à la culture japonaise dans ses grandes largeurs. Que ce soient des stands dédiés à la découverte des arts traditionnels, de véritables concerts de J-Music avec la participation de groupes renommés, des concours de cosplay toujours plus rassembleurs, la présentation des derniers jeux vidéos du moment ou encore des défilés de mode japonaise et de la pratique des arts martiaux, c’est toute la culture du pays du soleil levant qui s’ouvre aux visiteurs. L’an passé c’est plus de 232 000 personnes qui se sont rendues au Parc des Expositions, un succès qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

Le cinéma japonais, tel qu’il est vu et vécu au Japon est cependant un peu oublié de cette convention devenue institutionnelle. Si l’on écarte quelques grands moments concernant les films de longs-métrages d’animation, la Japan Expo n’a malheureusement jamais consacré de véritables évènements autour du cinéma live. Cela sera chose faite cette année avec la participation de la troupe de cascadeurs ayant participé à la fabrication du film Uzumasa limelight (Uzumasa raimuraito) réalisé par Ken Ochiai sorti sur les écrans nippons le 12 juillet 2014. Avec la troupe vous pourrez vous plonger dans la chorégraphie des combats aux sabres typique des studios de cinéma de Kyôtô, la ville ancestrale où se tournent une grande majorité de films jidaigeki et chanbara. Malheureusement le film lui-même ne sera pas projeté. Cette démonstration sera t-elle les prémisses d’une plus large place accordée au cinéma japonais dans les futures éditions? Nous y serons attentifs pour les années à venir.

Uzumasa limelight (2014, Ken Ochiai) affiche japonaise

Très attendue également la conférence et projection au sujet des premiers pas de l’animation japonaise depuis 1803 en compagnie de la chanteuse Azumi Inoue, interprète de plusieurs chansons des films du studio Ghibli. Seront projetés Kanjinchô (1803) et Kobutori (1929, Yasuji Murata) par l’intermédiaire du procédé de lanterne magique (utsushi-e en japonais) et celle de La sirène et les bougies rouges (Akai rôsoku to ningyo, 2013) en dessins découpés (kirie en japonais) d’après un conte de Mimei Ogawa (1882-1961), considéré comme le père de la littérature enfantine au Japon. C’est ici tout un univers des premiers pas de l’animation japonaise qui s’ouvre à nous. Ces projections serons accompagnées de commentaires de Kô Nakajima, ancien professeur à l’université des Beaux-Arts de Musashino et Yûko Sugiyama, productrice et dessinatrice de mangas. Cette séance sera accompagnée de la diffusion de Ninja theory, un film utilisant des marionnettes modernes, et un mini-live de la chanteuse Azumi Inoue accompagnée de sa fille Yû-yu.

Lanterne magique japonaise en bois.

Egalement au programme la conférence et dédicace de Shichirô Kobayashi, directeur artistique et responsable de nombreux décors de films et de séries d’animation tels que Panda, petit panda (Panda kopanda amefuri sâkasu no maki, 1973, Isao Takahata), Rémi sans famille (Rittai anime ie nakki ko Remi, 1977), L’île au trésor (Takarajima, 1978), Le château de Cagliostro (Rupan sansei Kariosutoro no shirô, 1979, Hayao Miyazaki), Space adventure Cobra (1982, Osamu Dezaki), Max et compagnie (Kimagure orenji rôdo, 1987) ou encore Berserk (Kenpû denki beruseruku, 1997, Kentarô Miura). Il aura commencé sa carrière dans les studios Tôei Dôga (future Tôei Animation) avant d’ouvrir son propre studio spécialisé dans la réalisation de décors pour les films et séries d’animation. L’artiste proposera une séance de live drawing pour la convention Japan Expo.

Le château de Cagliostro (1979, Hayao Miyazaki) affiche japonaise

Autre invité incontournable de cette édition, Yoshiyuki Sadamoto, l’un des fondateurs du légendaire studio d’animation Gainax, chara-designer et directeur de l’animation sur la série et les films de la licence Neon Genesis Evangelion (Shin seiki evangerion, 1995, Hideaki Anno) mais aussi sur Cutie Honey (Kyûtî Hanî, 2004, Hideaki Anno), La traversée du temps (Toki o kakeru shôjo, 2006, Mamoru Hosoda), Summer wars (Samâ uôzu, 2009, Mamoru Hosoda) et Les enfants loups, Ame & Yuki (Okami kodomo no Ame to Yuki, 2012, Mamoru Hosoda). Yoshiyuki Sadamoto sera présent pour une séance de dédicaces. Enfin deux conférences viennent conclurent ce tour d’horizon non exhaustif des évènements Japan Expo. La première consacrée au monde de l’animation japonaise actuelle, son industrie, ses anecdotes, ses coulisses, avec l’intervention de Michihiko Suwa, producteur exécutif, Hirokatsu Kihara, écrivain et ancien producteur travaillant au sein du studio Ghibli, et Tetsuya Watanabe, producteur. La seconde sera consacrée quand à elle à la conception et la fabrication des musiques utilisées dans l’animation et les jeux vidéos avec l’intervention de deux compositeurs, Kaoru Wada et Keiichi Itoh. De quoi avoir un programme bien chargé sur ces quatre jours de convention.

Cutie Honey (2004, Hideaki Anno) affiche japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *