La cérémonie et La pendaison, deux films de Nagisa Oshima à l’affiche!

L’évènement Nagisa Oshima continue cette semaine avec la reprise de deux longs-métrages du cinéaste en salles, tous deux en version restaurée inédite. La pendaison (Kôshikei, 1968) et La cérémonie (Gishiki, 1971) sont en effet à l’honneur ces jours-ci, l’occasion de découvrir (ou redécouvrir) deux chef d’oeuvres du maître déjà sortis sur les écrans français respectivement en septembre 1969 et octobre 1972. La pendaison fut le premier film de Nagisa Oshima exploité en France, à l’époque la critique cinématographique française découvre tout juste son oeuvre qu’elle va immédiatement estampiller de Nouvelle Vague japonaise aux côtés d’autres cinéastes (Hiroshi Teshigahara, Shôhei Imamura, Yoshishige Yoshida entre autres). Nagisa Oshima va retenir l’attention par sa haute exigence esthétique et sa profonde charge critique envers la société japonaise contemporaine jugée à ses yeux trop conservatrice et conformiste. Le cinéaste est alors le vilain petit canard du cinéma japonais, celui par lequel le scandale arrive depuis son départ retentissant de la compagnie Shôchiku en 1961. La farouche volonté du réalisateur de poursuivre sa carrière en tant que cinéaste indépendant ébranle les conventions de l’époque et la décennie 1961-1972 sera pour lui, étonnamment, la plus fructueuse de sa carrière (15 films réalisés en 11 ans). La pendaison et La cérémonie signent une sorte de maturité artistique indéniable dans un contexte où le cinéma japonais souffre face à l’hégémonie de la télévision. Les deux films sont distribués par Carlotta Films.

La pendaison (1968, Nagisa Oshima) affiche française

La cérémonie (1971, Nagisa Oshima) affiche française

Voici la bande-annonce de l’évènement Oshima:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *