Les musiciens de Gion de Kenji Mizoguchi aujourd’hui sur les écrans en version restaurée

Sorti une première fois en mai 1984 en France, Les musiciens de Gion (Gion bayashi), tourné en 1953, est l’un des films les plus connus du cinéaste Kenji Mizoguchi. Sorte d’écho de son propre film Les sœurs de Gion (Gion no shimai) réalisé en 1936, Les musiciens de Gion (aussi intitulé La fête à Gion) reprend le thème de la formation des geishas dans le contexte de l’après-guerre où une jeune fille, Eiko, interprété par Ayako Wakao, est contrainte de se lancer dans le métier pour éponger les dettes de son père. Pour cela, elle se rapproche d’une jeune geisha, Miyoharu, pour l’aider dans sa formation. Les deux jeunes femmes, fort belles l’une et l’autre, se confronteront à la dure réalité de cet univers où les hommes sont rois. Dans ce portrait réaliste, Kenji Mizoguchi dépeint le difficile destin de la condition féminine, les femmes incarnant tout à la fois l’objet du désir mais aussi de mauvais traitements. Le film revient donc sur les écrans en version restaurée distribué par Films sans frontières.

Les musiciens de Gion (1953, Kenji Mizoguchi) affiche française 2016Les musiciens de Gion (1953, Kenji Mizoguchi) affiche française 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *