Ran (1985, Akira Kurosawa)

Le XVIème siècle au Japon, le seigneur Hidetora Ichimonji est las de la guerre, lui qui a conquis l’ensemble de la région par la force. Pour sa retraite il confie ses terres à ses trois fils, Taro, Jiro et Saburo. Le fils aîné hérite du château le plus imposant quand ses deux frères se partagent les domaines les plus reculés. Dans sa quête de tranquillité Hidetora conserve cependant son titre de seigneur, contrevenant ainsi à la coutume. Les dissensions apparaissent et chacun défend son point de vue. Mais la soif de pouvoir et de légitimité des uns et des autres va finir par tout emporter. Taro, le fils aîné va s’ériger contre son père et ses frères, plongeant la dynastie dans le chaos.

Ran (1985, Akira Kurosawa) affiche française 2016Ran (1985, Akira Kurosawa) affiche française 2016

Vingt-neuvième long-métrage d’Akira Kurosawa, Ran (dont la signification en japonais renvoie à l’idée de rébellion, de trouble, de désordre) est le dernier film épique du cinéaste réalisé juste après Kagemusha, l’ombre du guerrier (Kagemusha, 1980). C’est avec les films relatant des drames historiques que le cinéaste s’est principalement fait connaître en occident, des films tels que Rashomon (Rashômon, 1950), Les sept samouraïs (Shichinin no samurai, 1954), Yojimbo, le garde du corps (Yojinbo, 1961) ou encore Barberousse (Akahige, 1965). Autant de titres qui ont fait naître, dans les yeux des spectateurs français notamment, une certaine vision du Japon d’antan. Ici l’ampleur est inédite, le cinéaste tire sa reconstitution historique vers une théâtralité épique. Décors, costumes, scènes de guerre et de meurtres, tout y est décrit avec emphase et gravité. L’horreur finira même par s’incarner dans les traits tirés du seigneur déchu.

Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 01Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 02Un film fleuve donc qu’Akira Kurosawa désirait emblématique. Emblématique de son cinéma, de sa manière de diriger acteurs et figurants mais aussi emblématique d’une époque révolue, celle de l’âge d’or du cinéma japonais des années cinquante et soixante. En 1985 en effet, de tels films n’étaient plus produits dans l’Archipel et Ran n’a pu voir le jour que sous la partenariat privilégié avec un producteur français, Serge Silberman. Ran est donc une sorte de chant du cygne du drame historique, le jidaigeki. Haut en couleurs, en moments dramatiques, en gestuelles irrévocables, le film emporte le spectateur dans un maelström visuel d’une violence rare. Depuis Yojimbo le garde du corps, Akira Kurosawa n’hésitait plus à répandre le sang à l’écran pour soutenir son propos, celui d’un Japon ancestral agressif et brutal.

Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 03Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 04Cette brutalité n’est pas le seul fait des hommes ou de l’aristocratie. Les femmes ont tout à fait leur place dans les machinations, les intrigues, les trahisons et les meurtres. La folie des puissants entraînent un déchaînement guerrier qui balaye les vies des fantassins anonymes qui meurent sans trop en connaître la raison. C’est ici qu’Akira Kurosawa exploite au mieux le récit shakespearien, dans ce portrait de guerriers enragés et fous, abandonnant irrémédiablement toute mesure et toute sagesse pourtant si nécessaires à leurs fonctions. Ran possède cette saveur dont les chefs d’œuvres sont faits, celle d’une universalité du propos quand bien même la parure paraît exotique, singulière, spécifique, culturelle. Avec ce film c’est tout le cinéma japonais qui a rayonné de façon internationale, un rayonnement qui s’éteindra dans les années suivantes avant de ressurgir à la fin des années quatre-vingt dix avec la maîtrise d’un cinéaste similaire, Takeshi Kitano.

Par David A.

Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 05Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 06 Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 07 Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 09 Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 12RAN
Un film d’Akira Kurosawa
Scénario: Akira Kurosawa, Hideo Oguni et Masato Ide d’après la pièce « Le roi Lear » de William Shakespeare
Directeurs de la photographie: Asakazu Nakai, Takao Saitô et Shôji Ueda
Montage: Akira Kurosawa
Musique: Tôru Takemitsu
Production: Katsumi Furukawa, Masato Hara, Hisao Kurosawa et Serge Silberman
Compagnies de production: Herald Ace, Nippon Herald Films, Greenwich Film Productions

Avec Tatsuya Nakadai, Akira Terao, Jinpachi Nezu, Daisuke Ryû, Mieko Harada, Yoshiko Miyazaki, Hisashi Igawa, Pîtâ, Masayuki Yui, Kazuo Katô, Norio Matsui, Toshiyo Ito, Kenji Kodama

Genre: drame
Durée: 2h32
Pays: Japon, France
Année: 1985
Récompenses:
Prix Mainichi du meilleur film en 1985
British Academy Film Award du meilleur film en langue étrangère en 1987
Date de sortie japonaise: 1er juin 1985
Distributeur japonais: Tôhô
Date de sortie française: 18 septembre 1985
Distributeur français: Acteurs Auteurs Associés (AAA)
Date de sortie française (reprise): 06 avril 2016
Distributeur français: StudioCanal
Editeur DVD et Blu-ray: StudioCanal
Date de sortie DVD: 11 mars (version simple) et 16 septembre (version prestige) 2003
Date de sortie Blu-ray: 03 novembre 2009
Date de sortie Blu-ray (édition restaurée 4K): 12 avril 2016

Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 10 Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 13 Ran (1985, Akira Kurosawa) photo 14Ran (1985, Akira Kurosawa) affiche japonaiseRan (1985, Akira Kurosawa) affiche japonaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *