Sorties cinéma au Japon: semaine du 27 mai au 2 juin 2013

Une nouvelle rubrique au programme aujourd’hui, les sorties cinéma au Japon. Chaque semaine vous retrouverez la liste des films japonais qui sortent sur les écrans nippons, histoire d’avoir un petit aperçu de l’ensemble des films qui ne nous parviennent malheureusement pas en France, ou si peu. Contrairement aux salles françaises les films sortent au Japon généralement le week-end, les vendredis et samedis pour être précis. Parfois, mais cela reste rare, un film peut sortir sur les écrans un jour de semaine. Nous ferons donc un point sur les jours de sorties systématiquement. Aujourd’hui donc, la semaine du 27 mai au 2 juin 2013 est passée au crible.

vendredi 31 mai:
Le jardin des mots (Kotonoha no miwa, 2013, Makoto Shinkai)
The gaze of another (Dare ka no manazashi, 2013, Makoto Shinkai)
Après La tour au-delà des nuages (Kumo no mukō, yakusoku no bashō, 2004), 5 centimètres par seconde (Byousoku 5 centimeter, 2007) et Voyage vers Agartha (Hoshi o Ou Kodomo, 2011), Makoto Shinkai nous revient avec son nouveau moyen-métrage d’animation Le jardin des mots. Très apprécié en France, le cinéaste possède sa propre « patte » alliant simplicité, beauté visuelle et poésie. Le film est distribué par la Toho et est accompagné d’un court-métrage, The gaze of another.

samedi 1er juin:
A captivating murder (Kankin tantei, 2013, Takurô Oikawa)
Adaptation du manga éponyme dessiné par Takemaru Abiko, A captivating murder est réalisé par Takurô Oikawa qui en signe par la même occasion le scénario. Davantage habitué aux séries télévisées, le cinéaste réalise ici son troisième long-métrage après Jun kissa erumitâju en 2006 et Shuffle en 2011. Le film est distribué par Phantom Film, une compagnie de distribution audacieuse ayant notamment distribué de nombreux films étrangers au Japon tels que Moonrise kingdom, Les bêtes du sud sauvage ou encre L’écume des jours il y a peu.

Real (Riaru: kanzen naru kubinagaryû no hi, 2013, Kiyoshi Kurosawa)
Dernier film en date de Kiyoshi Kurosawa après son intermède télévisuel, Shokuzai par ailleurs récemment sorti sur les écrans français en deux parties, Real est un thriller de science-fiction ambitieux qui permet au cinéaste de renouer avec un budget cinématographique plus confortable. Le film est distribué au Japon par la Toho.

Dawn of a filmmaker: the Keisuke Kinoshita story (Hajimari no michi, 2013, Keiichi Hara)
Nouveau film produit et distribué par la Shôchiku, Dawn of a filmmaker: the Keisuke Kinoshita story revient sur les débuts du cinéaste maison Keisuke Kinoshita (1912-1998). Le cinéaste commença en effet sa carrière comme caméraman-assistant pour le studio au milieu des années trente avant de devenir réalisateur en 1943. En France il est notamment reconnu pour la réalisation de Le matin de la famille Osone (Osone-ke no ashita, 1946), Carmen revient au pays (Karumen kokyo ni kaeru, 1951, premier film japonais réalisé en couleurs), Vingt-quatre prunelles (Nijushi ni hitomi, 1954) et surtout la première version de La ballade de Narayama (Narayama bushi-kô, 1958). La Shôchiku célèbre ainsi le 100ème anniversaire de la naissance du cinéaste. Le film est mis en scène par Keiichi Hara dont les deux précédents films, Colorful (Karafuru, 2010) et Un été avec Coo (Kappa no ku to natsu yasumi, 2007) sont sortis sur les écrans français.

Dogs, cats and humans – earthquake of animals 2 (Inu to neko to ningen to 2 dôbutsu-tachi no daishinai, 2013, Daiyu Shishido)
Two years of cancer and Yoko enjoys life (Inochi o tanoshimu Yoko to gan no 2-nenkan, 2013, Akira Matsubara et Yumi Sasaki)
Documentaire poignant sur une femme atteinte d’un cancer du sein à l’âge de quarante ans et qui succombera à cinquante-huit ans après deux années passées loin des hôpitaux et des soins médicaux, se rapprochant de sa famille et de ses amis pour combattre la maladie.

Portrait of a dancer by Akiko (Soshite Akiko wa… Akiko aru dansa no shôzô, 2013, Sumiko Haneda)
Documentaire sur une des grandes figures de la danse moderne, Akiko Kanda, disparue en 2011 à l’âge de 75 ans des suites d’un cancer. Le film suit le parcours de la danseuse septuagénaire qui, après une hospitalisation, tente de reprendre son activité malgré son âge avancé. Ce documentaire est le second réalisé sur la danseuse après Akiko aru dansano shôzô en 1985 également réalisé par Sumiko Haneda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *